Back to Top

Nos Hôpiclowns

Avec son nez rouge et ses vêtements bigarrés, le clown est synonyme de drôlerie, de burlesque, de farfelu. Pourtant, son rôle à l’hôpital est des plus sérieux. Il intervient dans des situations douloureuses, tant psychologiquement que physiquement, en y introduisant la surprise et le rire.

Par le merveilleux, il permet à l’enfant ainsi qu’à ses parents de dédramatiser la maladie et l’hôpital. En retirant à l’enfant son statut de malade, pour quelques instants, il essaie de rendre la maladie plus supportable. Cela permet aussi de renforcer l’efficacité des soins et des actions thérapeutiques et de convaincre l’enfant que le soignant est un allié, même s’il lui fait mal.

Sa présence ludique rend l’atmosphère plus légère et aide les parents à porter un regard différent sur leur enfant : le voir sourire est synonyme d’espoir, de guérison.

Les activités sont diverses : cela va du simple divertissement (jonglerie, musique, bricolage, mime, chant, magie, sketches, maquillage…) à une action plus directe telle que l’aide aux soins médicaux ou l’accompagnement en salle d’opération.

Mais attention, même si il improvise à chaque visite, être clown à l’hôpital ne s’improvise pas. Une intervention inappropriée peut provoquer un sentiment d’agression chez l’enfant.

On ne s’improvise pas clown.